top of page
Rechercher

Retour sur le premier sommet international concernant la dépendance et la santé mentale


Par où commencer... j'ai vécu 5 jours mémorables lors de ce premier sommet qui fût un énorme succès. Tous les grands du domaine y étaient (sauf Peter Levine qui n'a malheureusement pas pu s'y présenter). Autrement: wow oh wow.


Rencontrer les créateurs de la théorie polyvagale et du Internal family system, passer des heures avec Gabor, découvrir une psychiatre exceptionnelle autrice de Dopamine nation (un livre à dévorer), rencontrer psychologues, médecins et intervenants en dépendances, échanger sur des sujets profonds, découvrir de nouvelles approches dont Humanual et l'auteure de Emotional sobriety, discuter avec plein de maisons de thérapie aux modalités uniques ou d'autres plus traditionnelles... mon coeur ne se peut plus de tant de beauté! Et que dire du moment passé avec Deepak Chopra... ouf... reconnexion assurée à la yogini en moi...


Il existe de nombreuses façons de se rétablir. De retrouver le Soi maganné par les épreuves de la vie, de l'enfance à aujourd'hui, de comprendre les parties de ce Soi en jeu lorsqu'on se sabote en consommant ou en s'adonnant à des comportements auto-destructeurs. D'apprendre à récupérer le pouvoir sur notre vie plutôt que la subir.


Cultiver notre savoir-être demande un engagement, un effort et une constance de la même intensité qu'apprendre une nouvelle langue ou un nouvel instrument de musique. Je dois consacrer quotidiennement un moment de pratique à l'égard de mon bien-être si je veux me sentir assez bien pour gérer les tempêtes de la vie lorsqu'elles se manifestent à moi.


De nombreux livres et philosophies abordent ces aspects de l'existence humaine. Comment apprendre à souffrir puisque cette réalité fait partie de notre parcours? Voici quelques lectures qui me viennent en tête à ce sujet: Le chemin le moins fréquenté, Le livre tibétain de la vie et de la mort, Dopamine nation...


J'ai choisi de consacrer ma vie à l'étude et à l'accompagnement de gens atteints de dépendances pour toutes sortes de raisons. Cette maladie coule dans mon adn de pères en fille et j'ai vu de mes yeux à de nombreuses reprises les miracles du rétablissement. J'éprouve une gratitude infinie envers mes enseignants qui m'ont appris à m'aimer et accueillir la souffrance qui m'habite parfois. Que la paix soit avec vous,


Geneviève



12 vues0 commentaire
bottom of page